BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques

From Sea And Beyond pochette

PISTES :

1. Tidal Breath (2:13)
2. Marine Extravaganza (11:55)
3. Runaway (6:01)
4. Marine Coda (2:09)
5. The Schooner (11:02)
6. Ridge Fanfare (3:21)
7. Time, Life Again (8:59)

FORMATION :

Roberto Vitelli

(basses, claciers, guitares)

INVITÉS

Robert Berry
(chant [3,7])

Alan Benjamin
(guitare [2])

Trey Gunn
(Warr guitare [3])

Keith More
(guitare [5])

Davy O'List
(guitare [6])

Brett Kull
(guitare [7])

Paolo Carnelli
(claviers)

Danilo Mintrone
(claviers [1])

David Jackson
(saxophones et claviers [4])

Marco Bernard
(basse [6])

Daniele Pomo
(batterie, percussions)

ELLESMERE II

"From Sea And Beyond"

Italie - 2018

AMS Records - 45:37

 

 

Ellesmere est le projet soliste de Roberto Vitelli, membre du groupe Taproban. En 2015, il avait déjà sorti un premier album, Les Châteaux De La Loire (en français dans le texte !), qui privilégiait un progressif romantique et paisible, et auquel contribuait Anthony Phillips et John Hackett. Avec ce second album, il vise plus haut dans l'ambition.

Ce nouveau concept, qui célèbre la mer et le dépassement de soi qu'elle invite les humains à opérer, bénéficie ainsi d'une belle brochette d'invités : Trey Gunn (ex King Crimson), Robert Berry (3.2), David Jackson (ex Van der Graaf Generator), Brett Kull (Echolyn), Keith More (ex Asia et Arena), Marco Bernard (The Samurai Of Prog), sont parmi les plus célèbres. Pour la pochette, Roberto Vitelli a fait appel à Colin Elgie, illustrateur en son temps de A Trick Of The Tail et Wind And Wuthering. La courte introduction, "Tidal Breath", annonce déjà la couleur chatoyante qui sera celle de l'ensemble du disque : sur un arrière-plan atmosphérique, les claviers se laissent aller, et débouchent sur une première pièce d'envergure, "Marine Extravaganza". Près de douze minutes totalement instrumentales qui vibrent au son de mélodies lyriques et emphatiques, célébrant un rock progressif symphonique parfaitement maîtrisé.

Les claviers vintage, tenus ici par Roberto Vitelli lui-même épaulé par Paolo Carnelli, sont à la fête, et de manière générale, From Sea And Beyond rend hommage au patrimoine prog anglo-saxon des années 1970 (ELP, Genesis), en le rehaussant de l'esprit d'un Cairo dans les années 1990. La batterie de Daniele Pomo (musicien de RanestRane) est à l'unisson, délivrant une partition à la fois délurée et contenue. L'autre composition d'envergure, "The Schooner", elle aussi exclusivement instrumentale, est d'une durée équivalente. Ouverture à l'orgue, guitare très sensuelle, basse gouleyante, et des claviers très présents, sans démonstration de virtuosité à la Rick Wakeman, privilégiant davantage les textures charnelles, l'orchestration de thèmes séduisants et les mélodies suaves, tels sont les ingrédients de cette cuisine musicale haut de gamme.

On peut associer à ces deux sommets de l'album le dernier morceau, "Time, Life Again", qui tutoie les neuf minutes. On y retrouve en effet le même esprit ample voire grandiose, agrémenté de très belles parties légèrement mélancoliques chantées par Robert Berry. Les titres plus courts sont à peine un cran en-dessous. Certes, "Runaway", interprété par Robert Berry, est juste agréable, mais habilement rehaussé par la Warr Guitar de Trey Gunn. Le bref "Marine Coda", par contre, est une complainte à la frontière du free jazz, transcendée par les instruments à vent de David Jackson. "Ridge Fanfare" est un instrumental plus rythmé, chargé en émotions, avec Davy O'List à la six cordes (oui, celui de The Nice et Roxy Music !); seule la fin trop abrupte frustre l'auditeur.

Avec From Sea And Beyond, Roberto Vitelli démontre avec classe qu'il a la trempe d'un compositeur d'envergure, en plus d'être un multi-instrumentiste accompli. Souhaitons-lui désormais de pouvoir attirer davantage de musiciens et de chanteurs pour lui permettre d'exprimer tout son art : avec une telle carte de visite, cela semble bien parti !

Jean-Guillaume LANUQUE

(chronique parue dans Big Bang n°105 - Février 2019)