BIG BANG - Magazine de Musiques Progressives

Chroniques


PISTES :

1. Leijonan Syksy (6:27)
2. Ajatuksia Maailman Laidalta (6:38)
3. Ilmalaiva Italia (6:00)
4. Meri (7:57)
5. Luuttomat (5:57)
6. Johdatus (9:31)

FORMATION :

Päivi Kylmänen

(chant)

Kimmo Lähteenmäki

(claviers, batterie)

Jarmo Kataja

(basse)

Mikko Uusi-Oukari

(guitare, flûte)

VIIMA

"Ajatuksia Maailman Laidalta"

Finlande - 2006

Autoprod. - 42:30

 

 

En provenance de Turku, ville de Finlande sur la mer baltique, Viima débarque sur la scène progressive sans tambour ni trompette. On ne sait pas grand chose de la formation si ce n'est que son premier album se nomme Ajatuksia Maailman Laidalta ("pensées du bord du monde" pour ceux qui ne parlent pas finnois) et que certains musiciens ont récemment quitté le navire pour voguer librement sous d'autres latitudes. Pourtant, avec une telle entrée en matière, on ne peut pas imaginer que Viima reste anonyme bien longtemps.

Ce qui frappe à l'écoute des 6 compositions c'est l'étonnante maturité qui s'en dégage, tant au niveau de l'écriture que de l'interprétation. On a du mal à croire qu'il s'agit là d'une première œuvre. Tout est admirablement construit et arrangé. L'inspiration mélodique est constante, les harmonies luxuriantes. Les musiciens sont habiles, plein d'assurance et jouent juste. Cette application ne les empêche pas de se lancer dans de superbes et nombreux soli aux allures de courtes jams contrôlées. Et que dire de la chanteuse Päivi Kylmänen. (une des démissionnaires, à mon grand dam.) Sa voix, pure et gracieuse, vecteur d'émotions simples et authentiques, ne manque assurément pas de charme. Difficile de ne pas opérer un rapprochement avec Annie Haslam de Renaissance, d'autant que les deux formations partagent une démarche somme toute assez similaire.

Chez Viima, qui se montre toutefois moins 'classisant' que son illustre aîné, la dimension folk est matérialisée par le chant (en finlandais, donc forcément exotique), la flûte et les arpèges de guitare acoustique alors que la composante progressive se traduit le plus souvent par les envolées des guitares et des claviers aux multiples sonorités analogiques. L'atmosphère dominante, initiatrice de chaque composition est d'essence symphonique, pastorale mais se voit régulièrement ébranlée par quelques secousses 'heavy' ou des variations dynamiques pour le moins inattendues. L'acoustique et l'électrique se côtoient donc au sein de constructions, plus limpides qu'ouvertement complexes, autrement dit plus cameliennes que yessiennes, aux savoureux contrastes.

Contrairement à bon nombre de leurs confrères scandinaves, nos Finlandais ne font pas dans la noirceur. Leur musique, bien que par moment empreinte d'une certaine mélancolie, ou peut-être devrait-on dire une certaine nostalgie, est beaucoup plus colorée et chatoyante. Sorte de White Willow doré au soleil d'Espagne ou du Mexique. (On pense par moments à Amarok ou à José Luis Fernandez Ledesma.) Ajatuksia Maailman Laidalta est en définitive un bien bel album. De ceux auxquels on ne saurait adresser de francs reproches. Son seul défaut, hormis peut-être sa durée (évidemment, c'est toujours trop court quand on aime) est qu'il restera la seule réalisation du groupe dans cette configuration.

Vima saura-t-il rebondir après le départ de sa chanteuse ? Réponse dans quelques temps. Les amateurs de rock progressif seventies à la fois symphonique et folk, eux, seraient bien mal inspirés d'attendre.

Yann CARREAU

(chronique parue dans Big Bang n°62 - Été 2006)